Bibliographie

Revues :

  • le Cercle psy : Qui sont vraiment les psychologues ?
  • le Cercle psy : La parole aux patients
  • le Cercle psy : Homosexualité, un jeu de l’amour et du hasard

Ouvrage psychanalyse :

Ouvrage sur le couple :

Ouvrages et articles par thématique

Thème 1 : Le couple

Thème 2 : L’infidélité

Thème 3 : La jalousie

Un peu de Bibliothérapie…

 

Les articles

Plan des thématiques

 Thème 1 : Le couple

Le couple, une unité à deux

La rencontre amoureuse

L’attachement aux amours du passé

L’amour et la haine, l’ambivalence des sentiments

Qu’est ce qui me plaît chez l’autre? 

« Je suis transparent(e) à ses yeux, aux yeux de tous »

Différences entre les désirs sexuels masculins et féminins

La jouissance féminine

Thème 2 : l’infidélité

L’infidélité au fil du temps

Pourquoi sommes-nous infidèles? 

L’idéal de fidélité

La femme infidèle

Infidélité féminine, fonctions du mari et de l’amant

Infidélité masculine : entre la mère et la putain

Le démon de midi sera masculin

Les maîtresses d’hommes mariés

L’infidélité au service du couple ?

Thème 3 : La jalousie

Introduction sur la jalousie

Les mécanismes de la jalousie

D’où provient la jalousie? 

La jalousie féminine

Désir et jalousie

Homosexualité et jalousie 

La jalousie pathologique

Blog : le couple et vous

Beaucoup de personnes s’interrogent sur leur rapport avec le sexe opposé, leur couple ou celui d’amis. Avec le Docteur Causse (psychiatre et psychanalyste), nous avons décidé de mettre en place un blog pour permettre aux gens de réfléchir sur eux-mêmes et les autres, de leur apporter des connaissances, voire des débuts d’explications.

Le but est à la fois d’informer mais également de permettre au plus curieux de continuer leurs propres recherches en mettant à disposition une bibliographie d’ouvrages et d’articles. C’est dans cette même dynamique qu’il est possible de nous poser des questions via le blog.

www.lecoupleetvous.com

Le psychanalyste

Le psychanalyste

Il existe aujourd’hui en France plus d’une trentaine de sociétés de psychanalystes comme l’Association de Psychanalyse Freudienne, la Société Psychanalytique de Paris ou encore la Société Française de Psychologie Analytique… Tous les psychanalystes ne sont pas répertoriés dans les annuaires des associations, il y a ceux qui n’appartiennent à aucune école, ou encore ceux qui en fréquentent plusieurs sans être répertoriés.

Plusieurs courants traversent la psychanalyse : ceux qui sont freudiens, les lacaniens, les reichiens, les bioniens ou encore les kleiniens. Face à l’extrême diversité de ces écoles comme des pratiques, certains, à l’instar du psychanalyste André Green, ont fini par se demander s’il ne fallait pas désormais parler des psychanalyses plutôt que de la psychanalyse.

Comment devenir psychanalyste? 

J’ai choisi d’illustrer mon propos en citant Samuel Lézé, Maitre de conférence à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Il est l’auteur d’une enquête anthropologique et politique menée sur dix ans sur l’autorité des psychanalystes en France(1).

« La réponse souvent amenée est qu’il suffit de faire une analyse. Or, tous les analysés ne deviennent pas analysants. Qu’est ce qui les fait basculer dans le devenir psychanalyste? Une double expérience forte provoque ce basculement.

La première est de constater les limites des formations et des savoir établis. La psychanalyse vient donc combler un écart pratique. Mais sa mise en oeuvre est délicate. C’est pourquoi à l’analyse personnelle s’ajoute une supervision de la conduite des premières analyses.

De plus, il s’agit de défendre et illustrer personnellement cette pratique en montrant qu’il n’y a pas de solution facile et rapide à un problème personnel, car il convient  de procéder à sa longue et patiente dissolution. Cette expérience est contre-intuitive, la plupart des professionnels préfèrent invoquer des savoirs à appliquer et des compétences spécifiques mais pas les psychanalystes.

De ce fait, ces deux expériences forment un véritable filtre qui sélectionne les psychanalystes bien plus sévèrement qu’une formation de 4 ou 5 ans telle que l’envisage la tendance actuelle à la réglementation. Et ce devenir dure longtemps… »(2)

Les stéréotypes persistent

Si au départ Freud prônait la « cure type », la discipline a beaucoup évolué depuis 1900. Les rythmes des séances hebdomadaires peuvent varier selon les possibilités de chacun (analysé et analysant), et bien entendu ce que le psychanalyste perçoit de son patient.

Le psychanalyste peut proposer à son patient de s’allonger sur le divan, ou bien encore, de proposer un suivi en face à face. Dans tous les cas, les premières séances se font en face à face.

Depuis plusieurs décennies, les psychanalystes sont également sortis de leur silence mais le mythe du psychanalyste silencieux continue à être véhiculé.

 

1- Samuel Lézé, L’autorité des psychanalystes, Puf, 2010

2- « Psychanalyste « Métier impossible »(Sigmund Freud), In Cercles psy, hors-série n°2, dec 2013

 

Le psychiatre

Le psychiatre

Formation 

En tant que médecin, le psychiatre a franchi toutes les étapes du cursus des études médicales. Après six années de formation de base, le futur praticien passe les épreuves classantes nationales : le classement à l’issue des ECN détermine la possibilité plus ou moins large de choisir sa spécialité.

La spécialité psychiatrie fait l’objet d’une formation en 4 ou 5 ans qui inclut de très nombreux stages dans les services hospitaliers et services de garde et débouche sur un DES (diplôme d’études spécialisées) qui valide des compétences en psychiatrie.

Après le DES et une soutenance de thèse devant un jury, le postulant obtient le diplôme d’Etat de docteur en médecine, ainsi que le titre de psychothérapeute.

 

Parmi les 14 619 psychiatres recensés au 1er janvier 2013, 35% exercent exclusivement en libéral, 48% sont salariés hospitaliers, 10% ont un exercice mixte, et 7% sont salariés dans d’autres structures.

L’avantage financier pour une psychothérapie

En tant que médecin, le psychiatre peut suivre un patient en psychothérapie et celui-ci peut ainsi être remboursé (une partie au moins selon les tarifs du praticien). C’est un aspect avantageux lorsque l’on souhaite s’engager dans une psychothérapie lorsque l’on sait que les psychologues, eux, ne sont pas remboursés par la sécurité sociale.

Le titre de psychothérapeute

Bien que leur soit attribué le titre de psychothérapeute en même temps que le diplôme d’état de docteur en médecine, le cursus ne dispense pas de formation à la psychothérapie, c’est alors à chaque psychiatre de se former ultérieurement.

Les psychothérapies

Le psychiatre peut, tout comme le psychologue, se former à différentes prises en charge : la psychanalyse, les thérapies comportementales et cognitives (TCC), la relaxation etc.

 

Le psychologue

Le psychologue

Les psychologues cliniciens – psychothérapeute

Les psychologues cliniciens sont diplômés après l’obtention d’une licence de psychologie, puis l’obtention d’un master 2 de psychologie clinique. Durant le cursus, des stages obligatoires sont demandés à l’étudiant (minimum 500 heures). Seuls les psychologues cliniciens ont le titre de psychothérapeute et sont autorisés à pratiquer des psychothérapies parmi les différentes spécialités de la psychologie (les psychiatres bénéficient également de ce titre).

Quelles psychothérapies? Les orientations des psychologues

Chaque psychologue clinicien est ensuite libre de se spécialiser dans une prise en charge particulière :

– les thérapies comportementales et cognitives (TCC)

– les thérapies systémiques (familiales notamment)

– la psychanalyse (il n’est pas rare qu’un psychologue soit également psychanalyste)

– l’hypnose…

La prise en charge psychothérapeutique n’est pas remboursée par la sécurité sociale. Une nouvelle tendance émerge en revanche au niveau des mutuelles qui proposent de plus en plus de prendre en charge quelques séances.

Qui peut se dire psychologue? 

Ont le droit, en application de la loi initiale du 25 juillet 1985, à se dire psychologue les titulaires :

– à la fois d’une licence, d’un Master 1 (anciennement maitrise) et d’un master professionnel ou d’un Master 2 recherche ;

– du diplôme d’Etat de psychologue scolaire (au sein des écoles) ;

– du diplôme de psychologue délivré par l’école des psychologues-praticiens de l’Institut catholique de Paris (PsychoPrat);

– du diplôme d’Etat de conseiller-psychologue (COP);

– des diplômes étrangers reconnus équivalents.

En France, en 2012, 44228 psychologues étaient inscrits dans les listes ADELI, ces répertoires départementaux servant à l’enregistrement des diplômes des professionnels de santé.

Les disciplines de la psychologie

Il existe plusieurs disciplines au sein de la psychologie :

– la psychologie clinique (soin psychologique et prise en charge psychothérapeutique)

– la psychologie sociale (étude des groupes)

– la psychologie cognitive (étude des processus tels que le raisonnement, la mémoire etc)

– la psychologie du développement (développement du bébé et de l’enfant comme l’apprentissage de la marche ou encore de la préhension).