Le sentiment d’imposture, Belinda Cannone

Par «imposture», Belinda Canonne ne renvoie pas aux escrocs de la confiance, ceux qui en imposent ou qui usurpent une place.

Elle décrit un sentiment très commun qu’on a cependant toujours grand soin de cacher : l’intime conviction de ne pas être celui ou celle qu’il faudrait être pour occuper légitimement la place dans laquelle on se trouve, et la crainte d’être démasqué.

Si ce trouble met en cause l’identité, il n’engage pourtant pas la question : «qui suis-je ?», mais : «suis-je celle ou celui que je devrais être pour me trouver à cette place ?».

Toute ambition, quelle qu’en soit la nature (professionnelle, amoureuse, existentielle, etc.), peut susciter cette inquiétude.

En trente-six chapitres qui vont de la littérature à la psychanalyse en passant par le cinéma, la politique ou nos expériences quotidiennes, cet essai propose récits et réflexions sur l’origine et les manifestations du sentiment d’imposture.

Belinda Cannone est romancière (quatre romans publiés depuis 1990) et essayiste (Six essais publiés, dont L’écriture du désir. Calmann-Lévy. 2000. Prix de l’essai de l’Académie française).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s